Les thérapies de soutien

L'alliance thérapeutique

 

L'alliance thérapeutique est un concept majeur en psychologie. Elle se définit par la qualité de la relation patient-thérapeute. La construction de cette alliance passe par plusieurs facteurs: la capacité d'empathie du thérapeute, l'implication du patient dans sa prise en charge, l'accord entre les deux sur la façon dont se déroule cette prise en charge. Cette alliance se construit précocement dans la thérapie ( dès la première séance) , se solidifie au fur et à mesure et est plutôt prédictive de bons résultats à l'issue de la prise en charge.

 

Si cette alliance ne se fait pas de façon satisfaisante, aussi bien pour la personne qui consulte que pour le thérapeute, cela peut  dépendre de plusieurs facteurs : des caractéristiques du patient (sa motivation à ce moment là,  ses attentes, n'a pas confiance...), des caractéristiques du thérapeute (pas assez à l'écoute, trop directif, pas assez interactif, limites personnelles face à une problématique particulière...) ou tout simplement que les deux ne sont pas "assortis"  et que la collaboration n'est pas possible. 

 

Dans tous les cas, il est préférable de changer de thérapeute et/ou que le thérapeute réoriente vers d'autres professionnels. Cela ne constitue pas un échec et répond simplement à une logique de "rencontre" entre deux psychismes.

 

 

 

 

Objectifs

 

Les thérapies de soutien visent à comprendre une situation de crise ( diagnostic d'une maladie somatique, après le décès d'un proche ou une agression, rupture sentimentale) et aider la personne dans ce moment difficile.

 

L'idée principale est d'accompagner, par une attitude bienveillante, la personne vers une liberation de la parole, à mettre en mots et éventuellement préparer à un travail psychologique afin de reconstruire son identité et retrouver sa place dans sa vie, en intégrant cet évènement comme faisant partie de son histoire.  Mais ce travail ne se limite pas à la parole; l'agir est tout aussi important, pour sortir de la focalisation  sur un évènement, rétablir la flexiblité cognitive et limiter les évitements.

 

Une autre idée est d'amener également la personne à ne plus être dans la lutte ou le refus de la survenue d'un évènement. Cela passe par une reconcentration sur le moment présent, une meilleure conscience de soi "Je"  comme personne qui "agit", non pas sur ce qui ne peut pas être changé mais sur ce qui peut faire du bien et apporte du soutien.

 

Soutenir, c'est appuyer, réconforter (réassurer), aider à tenir debout.  Le thérapeute cerne les ressources personnelles de la personne pour faire face et renforce ses stratégies d'adaptation (soutien social, stratégies d'adaptation face aux émotions, face au problème).

 

 

Natacha Box
Psychologue , psychothérapeute
Enfants, adolescents, adultes
SKYPE: cspppparis
Mail: csppparis@gmail.com