La remédiation cognitive

Objectifs

 

La remédiation cognitive a pour objectif de proposer des exercices d'entrainement aux personnes souffrant de troubles de mémoire, d'attention, de raisonnement (planifier une action, atteindre un but , résoudre un problème etc.), de problèmes visuo spatiaux...dans le but d'aider à l'amélioration de ces capacités cognitives ou trouver des stratégies compensatoires efficaces.

 

Ces exercices d'entrainements supervisées par le psychologue se font en général sur un support informatique, multimédia (jeux vidéos...) puis ils peuvent se faire à l'extérieur avec des mises en  situation des situations problèmes. Ces séances sont ponctuées par des échanges avec le psychologue sur l'impact des difficultés cognitives sur la sphère psychologique (accroissement de la dépression par exemple).

 

La remédiation se veut avant tout pragmatique. Elle a pour objectif direct l’amélioration du fonctionnement cognitif. De cela découlerait une amélioration de la vie quotidienne par l’acquisition d’une certaine autonomie, la possibilité d’une réinsertion professionnelle, l’amélioration de la communication et, globalement, une “réorganisation cérébrale”. Ceci contribuerait à augmenter l’estime de soi, à responsabiliser et à diminuer la fréquence des symptômes cliniques.

 

Les séances doivent être effectuées en privilégiant la répétition des sessions d'entrainement plutot que la durée. Ainsi, la remédiation cognitive exige que la personne demandeuse soit rigoureuse dans la régularité des sessions d'entrainements (au moins 3 sessions à 4 sessions par semaine dont 1 avec le psychologue en cabinet; les autres se font de façon autonome à domicile avec report des résultats aux exercices et de la progression durant la semaine). Un travail motivationnel est réalisé afin de limiter les abandons ainsi qu'une mise en valeur des forces cognitives.

 

Une prise en charge en rémédiation demande un bilan neuropsychologique préalable, afin d'objectiver les difficultés.

 

Les temps de parole

 

Aménager des temps de parole entre les exercices durant les séances est essentiel. Ces entretiens cliniques permettent de faire un point sur les progrès et les difficultés observés au cours des entrainements et de faire le lien avec ceux observés dans la vie quotidienne du patient.

 

Avant chaque séance, un entretien est mené afin de laisser le personne qui consulte s’exprimer depuis la dernière séance. Ce temps est essentiel afin de répondre à ses interrogations et s’assurer de la bonne compréhension du lien qui pourrait y avoir entre ses difficultés cognitives, ses pensées et son fonctionnement dans la vie quotidienne. L’objectif est de l'’aider  à mettre du sens et à faire des liens entre  différentes dimensions qui la composent.

 

 

Après chaque exercice, un temps de parole est également aménagé afin d’évoquer selon l’exercice les points faibles et les points forts et de rechercher les stratégies les plus efficaces dans la résolution du problème.

 

Par exemple, concrètement,  lors d'un exercice, imaginons une personne qui souffre de dépression avec une plainte de mémoire. Elle va montrer des signes d’agacement et se fixer sur son manque de rapidité au lieu de se féliciter de son exactitude (sa bonne réponse), ce qui est cohérent avec les pensées dépressogènes qui se fixent sur les échecs et minimisent les réussites. 

 

Il est alors essentiel que le thérapeute mette l’accent sur les points positifs et cette personne à rationaliser ses capacités. Le rôle du thérapeute est alors multiple. Il joue aussi bien sur la dimension neuropsychologique que la dimension psychologique en aidant au rétablissement d'une certaine flexibilité mentale.

 

 

Natacha Box
Psychologue , psychothérapeute
Enfants, adolescents, adultes
SKYPE: cspppparis
Mail: csppparis@gmail.com